Incroyable pourtant c' est vrai ca c' est passé de 1941 à 1983

Incroyable pourtant c' est vrai ca c' est passé de 1941 à 1983

Traité sur une formation d'assistants sociaux ,ou la dérive vers une idée nazie? Dans les formations d'assistants(es) social(es) , on découvre une formation basée sur les théories de Joseph Jorger Les différents mémoires des étudiantes des écoles soci


Dans les  formations d'assistants(es) social (es) , on découvre une formation basée  sur les théories de Joseph Jorger

Les différents mémoires des étudiantes des écoles sociales seront présentés par ordre chronologique et comparés entre eux. Ils seront également mis en relation avec un article de J. Jörger, reconnunotamment par Alfred Siegfried, Walter Haesler et le psychiatre B. Fontana comme le pionnier de la recherche généalogique.
Le regard des aliénistes vaudois et genevois nous livre leurs réflexions sur ce mal également appelé« oligophrénie , pauperisme» (du grec phrên, esprit, et oligos, peu
L'oligophrénie est synonyme d'arriération ou de déficience intellectuelle, due à l'insuffisance congénitale ou très précoce du développement intellectuel.
On distinguait jadis trois degrés d'oligophrénie, donc trois catégories d'oligophènes : les idiots, les imbéciles et les débiles, dénommés ensuite respectivement arriérés profonds, débiles profonds, débiles moyens et légers.) Tels étaient considérés les détenus admnistratifs car  les  enfermer dans cette cathégorie permettaient aux Cantons de ne pas  à avoir a payer pour l'interné mais passer par  l''Assurance  Invalidité qui devait le  prendre  en charge):Il faudra attendre la fin de la seconde Guerre mondiale pour que l’Assurance-vieillesse et survivants (AVS) soit introduite en 1948,l’Assurance-invalidité (AI) en 1960, et que l’assurance chômage devienne obligatoire en 1976. Selon le médecin adjoint et futur directeur de la clinique psychiatrique Bel-Air à Genève, Ferdinand Morel, il comprend « les idiots, les imbéciles et les débiles mentaux et moraux, (pauperisme) » Plus tard,on se mettra à considérer « la pauvreté comme une malédiction et le ´mauvais`pauvre comme un être inutile, voire dangereux pour la société
Il est en général associé à un autre mal désigné comme « constitution perverse ». La constitution
perverse désigne « l’individualité dans la totalité de ses éléments héréditaires, tels qu’ils existent dès la naissance » :
« Elle groupe des individus dont le comportement donne lieu à des conflits répétés avec la morale. Catégorie maldéfinie qui est lieu de rencontre de débiles mentaux et moraux congénitaux.
Les chefs de file de ce  mouvement et  de cette pensée, tendaient à être aisés plutôt que riches, et beaucoup appartenaient aux professions libérales –médecins, travailleurs sociaux, membres du clergé, professeurs, notamment de biologie et de sociologie.A cette époque s 1941- 1981 sous le terme ´population` il faut entendre une certaine classe`de la population. Seuls des représentants des classes moyennes et supérieures  siègent dans les  gouvernements  cantonnaux. En matière religieuse, il apparaît que les membres des gouvernements  cantonnaux appartiennent en majorité à l’Église protestante., et à l'Eglise catholique, Il est possible qu’au niveau linguistique la proportion soit assez équilibrée entre germano- et francophones.« Ce courant politique se compose en règle générale d’une bourgeoisie protestante, d’hommes d’Eglise, de représentants de professions libérales et de propriétaires fonciers. Ils disposent de l’appui d’une partie considérable desmilieux de la finance traditionnelle.
L’Ecole d’études sociales pour femmes de Genève a été fondée en 1918 par Hans Töndury, professeurd’économie commerciale à l’Université de Genève, en respectant trois principes – la patrie, la famille et l'’émancipation de la femme.

Ce qui était  enseigné  et ce  que  j'ai retrouvé dans les rapports du Service pédagogique de l'Etat  du Valais ( qui a eu  bien du mal  a me faire  parvenir mon dossier)-
iL préconise d’abord l’établissement d’une enquête, puis l’admonestation « du père de famille qui est  alcoolique  y compris  ma mère qui n'a  jamais bu  d'alcool de sa  vie)[de] la mère qui laisse son intérieur dans un désordre indescriptible ».Que des policiers venus enquêter dècrivent des habits déposés sur un canapé qui démontrent (selon eux alors que ma mère est dans l'incapacité de nous éduquer) Cette mesure renforcée par la surveillance des cas suspects suffisent habituellement, pour  retirer l'enfant à ses parents.selon le Service  pédagogique du Valais (mes  archives), ( on retrouve  là toute la  mise  en application de l'enseignement pédagogique des  assistantes  sociales ou sociaux de l'èpoque) et les  théories de Joseph Jorger. qui décrivent  aussi que  dans des cas plus sérieux ne précisent  malheureusement pas, on peut placer l’enfant "sous la protection" d’une institution » tout en laissant la puissance paternelle aux parents. Ils  évoquent finalement « la mesure la plus grave, la déchéance de la puissance paternelle ce qui fut  fait pour mon père et placé sous curatelle nous  n'avons jamais eu  ni faim ni froid ni battus.
Je  me pose  également un certain nombre de questions sur le contenu de leurs travaux. Les arbres généalogiques établis par Jörger et Siegfried sont-ils repris? Sont-ils repris tels quels ? Ou les étudiantes ont-elles tout de même accompli un travail personnel basé sur l’observation et l’étude de cas, par exemple ? Quelles sont les solutions préconisées pour pallier ce qui est perçu comme une situation catastrophique ? c'était plus facile  d'aller directement  s'en prendre aux  enfants  et c'était jouissif.
Les partisans de l'’eugénisme ont -ils eu des idées différentes sur la question :
« L’examen des partisans et des opposants à la loi vaudoise montre que, contrairement au préjugé qui s’est développé à la suite des pratiques eugénistes en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, l’eugénisme n’est pas un courant d’idées qui aurait affecté en priorité une idéologie d’extrême droite, mais que l’eugénisme avait des adeptes de part et d’autre de l’échiquier politique. L’exemple genevois témoigne quant à lui de la diversité des acteurs impliqués au niveau scientifique. Ces éléments montrent assez que, dans les cantons de Genève et de Vaud, l’eugénisme a représenté dans l’imaginaire collectif un espoir de progrès social durant une bonne partie de la première moitié du XXe siècle. »et qui s'est  perpetuée mbien après.
Il est interessant de découvrir Alfred Siegfried et ses partisans Rudolf Waltisbühl, autre auteur problématique qui se trouve dans les trois mémoires ainsi que chez Alfred Siegfried. Il s’agit d’un juriste dont la thèse datant de 1944 se réfère « sans réserve [aux] intéressantes expériences menées pour améliorer la santé génétique du peuple suisse ».Apparemment, nous nous trouvons très près de « l’antisémitisme rédempteur »il préconise aussi la stérilisation forcée.
Les acteurs de la plus grande épuration de défavorisés de Suisse ont cru veiller sur l’enfance souffrante mais, comme le sous entend la réalité des  choses, il se sont contentés d’enlever les enfants à leurs parents.Leur principe était simple la possibilité d’une réinsertion dans la société de toute une famille n’est pas envisageable puisque le « mal » se trouve dans les gènes, donc les Zéros comme ils  nous décrivaient devaient disparaitres.

Pour assassiner à partir de 1941 des millions de Juifs et de Tziganes, il a suffi de la décision de quelques responsables du régime en dehors de toute législation. En Suisse pour détruire 20000 citoyens il a suffi de la  décision de quelques  fonctionnaires en dehors  de tout contrôle en dehors de toutes les  lois, et qui se savaient au-dessus de tout.


On sait partout dans le  monde le nombre de  juifs  assassinés par  les  nazis, en Suisse  on ne connait même pas le  nombre d'adolescents  qui se  sont  suicidés dans les  différentes  prisons ou ils étaient détenus, parce que nous faisons partie de ces inintéressants, vous ne trouverez  jamais dans les comptes rendus des activités des prisons  suisses de l'époque, une allusions à un adolecent mort en prison  parce qu'ils n'ont jamais existés pour la Suisse et pourtant j'en fus  témoin

 

Philippe Frioud



10/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres