Incroyable pourtant c' est vrai ca c' est passé de 1941 à 1983

Incroyable pourtant c' est vrai ca c' est passé de 1941 à 1983

le Conseil National prend une décision historique, l'UDC vote non , cela vous étonne? En 2013 nous sommes toujours considérés comme des parias, les nombreuses victimes et les morts , un détail de l'histoire suisse???

Incarcérations abusives

04 décembre 2013 10:06; Act: 04.12.2013 12:09 Print

Le Conseil national veut réhabiliter les victimes

Les personnes victimes d'incarcération ou internement abusifs méritent d'être réhabilitées.on off i

 

Par 142 voix contre 45 issues de l'UDC, le Conseil national a adopté mercredi une loi ad hoc. Il exige une étude scientifique sur les placements par décision administrative qui se sont perpétués jusqu'en 1981. Mais aucune réparation financière n'est prévue.

Pendant des décennies, des milliers de personnes ont été incarcérées alors qu'elles n'avaient commis aucune infraction. Elles ont été internées par exemple pour paresse, débauche ou ivrognerie, hors de toute procédure judiciaire, a rappelé Andrea Caroni (PLR/AR) au nom de la commission.

Des jeunes ou des mères célibataires ont ainsi parfois été soumis au même régime que des criminels sans possibilité de faire examiner leur situation par un tribunal. Nombre de vies ont été ainsi ruinées, les victimes ne pouvant mener à bien de formation et étant stigmatisées à leur sortie de prison.

Page noire

«Cette page noire de l'histoire suisse ne doit plus jamais se reproduire», a jugé Ursula Schneider Schüttel (PS/FR). D'autant qu'elle rappelle d'autres épisodes peu reluisants, comme celui des enfants jenish enlevés à leurs parents jusqu'en 1973 pour être placés dans des familles sédentaires ou des foyers, a renchéri Daniel Vischer (Verts/ZH).

La loi, née d'une initiative parlementaire du conseiller aux Etats Paul Rechsteiner (PS/SG), vise à reconnaître l'injustice subie par les victimes et à leur offrir une réhabilitation. Le but n'est pas de condamner les responsables de l'époque, ont signalé plusieurs orateurs.

Les placements par décision administrative, pratique choquante aujourd'hui, témoignent de l'incapacité de la société de l'époque de s'occuper des personnes vivant hors norme. Les autorités suisses ont amorcé la démarche vers la réhabilitation en 2010. Lors d'une cérémonie à Hindelbank (BE), la ministre de la justice d'alors, Eveline Widmer-Schlumpf, avait présenté des excuses.

 

 



05/12/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres