Incroyable pourtant c' est vrai ca c' est passé de 1941 à 1983

Incroyable pourtant c' est vrai ca c' est passé de 1941 à 1983

L'ironie suisse en 2013


Quand l'indécense Suisse se complait dans l'ironie

Quand l'indécense Suisse se complait dans l'ironie

La  Suisse pour un certain parti politique, une terre de  bien-être qui a toujours  respecté les  droits de l'homme, qui n'a au grand jamais collaboré avec les  nazis, qui n'a jamais entendu parler  de l'obligation faite par les forces alliées à la fin de la seconde guerre mondiale, de restituer l'or des  nazis , qui n'a  jamais spoliés les fonds  déposés en Suisse par de pauvres êtres assassinés par les  nazis, qui n'a jamais eu connaissance  des  crimes  perpétrés contre cette population  juive, qui a trompé son peuple en utilisant la verve patriotique, défendre la  suisse contre une potentielle invasion nazie, tous ces  braves  Suisses en étaient persuadés, comme mon père, ils ont  consacrés 1500 jours de mobilisation générale, à ce pays pendant  que des  affairistes s'en mettaient pleins les poches sur leur dos, n'ayant  rien à faire de leur vie au cas ou!!!!!!

Pour  bien  montrer aux  nazis  que la  suisse  était un pays avec une  discipline de  fer  comme l'Allemagne,  on va  s'atteler  à nettoyer ce qui je  correspond pas à cette image d'une suisse propre en ordre  et  des citoyens animés par la  volonté de vouloir la prospérité de ce pays.

 

Alors  on va  copier, sur les  nazis, le nettoyage  des pauvres, des malades mentaux etc...  ce qui est  préconisé par  différents  acteurs adepte du darwinisme, et des  théories du  psychiatre Joseph Jorger " un éminent  théoricien de la santé du peuple suisse adepte  du nazisme et de ses  théories "mais  biensur dans le but  d'améliorer la race et la santé du peuple suisse.

 

C'est  ainsi  que  20000 voir plus  de ses propres  citoyens vont  en faire les  frais même  si ils n'ont  commis  aucuns délits ils sont issus du paupérisme donc..... , bien sur  on ne  les  assassinera pas, mais on  va les  rendre digne de passer leur reste de vie dans des prisons, les  acculer au  suicide, l'alcool, la drogue se chargeront de les  exterminer,on les a mis  sur la  voie nous on ne sera  jamais mis  en cause, en clair qu'ils se détruisent eux mêmes avec les outils que nous leur avons fournit. et  ces  femmes issue de famille pauvre qui ont eu le malheur d'avoir un  enfant avant leur majorité et non mariées, inacceptable ce  sont  des putes, donc pour les  empecher de récidiver on va les  stériliser de  force enlever leur progéniture afin  de lui  enlever toute  trace génétique malfaisante , et  ces  hommes qui courent après des  filles de bonne famille hé  bien ont  va  les  castrer(Le canton de  Vaud a autorisé dans sa loi la castration et la stérilisation officiellement) eux  aussi, ce  sont  des zéros ils ne faut  pas  qu'ils se reproduisent car  cela  mettrait en  danger  la  bonne santé du peuple suisse et son évolution vers un  avenir de citoyens suisse conforme à une vision du  suisse travailleur  aimant  son pays , aimant la  famille, et vouant une docilité totale aux institutions helvétiques. Et pour éxécuter leur sale besogne on  laissera des incapables notoires imbus de leur personne agir , sans contrôle, sans lois, c'est  eux  qui la feront, la Confédération s'en lave  les  mains, c'est pas elle la  coupable, mais les  cantons , même si elle devait contrôler ces  applications et  ces  dérives ce qui lui revenait par obligation..

 

Les droits  de l'homme? on s'en fou, on a  signé pour nous  ouvrir des  portes , des institutions internationales, notre but est de nous propulser au devant de la scène internationale, les intérêts financiers  sont trop importants et c'est  cela  qui nous intéresse  avant  tout.

 

Le rapport Bergier des menteurs , destinés à nous dévaloriser et briser notre économie. C'est ce  que  pense  notre cher ex ministre viré  du  gouvernement. Mais qui persiste  et  signe dans  d'autres actions.

 

Les  20000 citoyens  suisses dont il a eu un rapport  à la poubelle et devant  vous, ce  sont  que  des  mensonges  ils  méritaient  cela  de  toute  façon.

 

Et  aujourd'hui le Président de la  Confédération fait  l'apologie de la  Suisse un pays d'exemplarité........ca  fait  peur.

 

Texte - +
Imprimer Reproduire
holocauste lundi28 janvier 2013

Ueli Maurer attaqué pour ses propos sur la 2e guerre mondiale

(Keystone)

(Keystone)

Le message d’Ueli Maurer sur le rôle de «refuge» de la Suisse pendant la 2e guerre mondiale crée la polémique. Les associations juives dénoncent une vision «simpliste et uniquement positive», alors que de nouvelles révélations jettent le trouble sur la politique d’asile de la Suisse pendant la guerre

Le message publié dimanche par Ueli Maurer à l’occasion de la Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste suscite la controverse. Dans un texte court publié sur le site internet de l’administration fédérale, le Président de la Confédération a tenu a souligner le rôle de «refuge» de la Suisse «durant cette période sombre pour le continent européen».

Pour Ueli Maurer, la Suisse «est restée un pays de liberté régi par le droit grâce à l’engagement d’une génération entière de femmes et d’hommes courageux.» Ayant su maintenir son indépendance, «la Suisse ainsi devenue un refuge pour de nombreuses personnes menacées et traquées», conclut le conseiller fédéral UDC.

Plusieurs associations juives de Suisse ont déploré lundi, dans un communiqué conjoint, ce message du président de la Confédération, «qui présente les choses de manière simpliste et uniquement positive». Pour la Fédération suisse des communautés israélites, la Plateforme des Juifs libéraux de Suisse et la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation, «le Président occulte les faiblesses et les erreurs de la politique suisse pendant la deuxième guerre mondiale, qui ont pourtant été reconnues par la Commission Bergier, mise en place par le Conseil fédéral (...) Il est regrettable qu’aujourd’hui le Président de la Confédération n’ait pas jugé utile d’approfondir la remise en question critique et indispensable de la Suisse avec son propre passé, en particulier de sa politique à l’égard des réfugiés.»

Interrogé dimanche par la RTS, l’historien et spécialiste de la 2e guerre mondiale Hans-Ulrich Jost abonde: «C’est grave, et même cynique dans ces circonstances. Monsieur Maurer essaie d’escamoter une partie de notre histoire, par rapport à un sujet très délicat.» L’historien le rappelle, «à cette époque, de nombreux juifs ont été refoulés. Entre 1933 et 1944, les juifs n’avaient pas droit à l’asile, ils étaient considérés comme des réfugiés non-politiques.» Autant de réalités que le rapport Bergier avait soulignées dès 2002, mettant en lumière les erreurs du gouvernement suisse pendant la guerre, les errements de sa politique d’asile et une certaine compromission avec le régime nazi.

 

 

 

 

 

 

 

Texte provenant du musée de la  résistance  et de la déportation

 

 

3. LES PREMIERS CAMPS

 

            La conséquence la plus importante et la plus connue de la nomination de Hitler comme Chancelier est certainement la création, dès le mois de février 1933, des premiers camps de concentration (ils sont alors officiellement appelés « camps de rééducation ») destinés à enfermer les opposants. Ces premiers camps allemands sont souvent peu importants et se constituent fréquemment dans d’anciennes usines désaffectées. Les nazis se servaient d’ailleurs de certains d’entre eux, alors qu’ils n’étaient pas encore au pouvoir, pour interner en toute illégalité leurs dissidents.

           Ces premiers camps de « rééducation » ouvrent leurs portes pour mettre très rapidement tous les opposants hors d’état de nuire. Les nazis pensent en effet que chaque Allemand, à partir du moment où il est défini « racialement » comme étant « Aryen », peut devenir un membre de la société raciste du Troisième Reich quelles que soient ses convictions politiques d’origine. La transformation de l’individu doit alors s’opérer par une remodélisation de l’esprit dans un camp. Les coups, l’abrutissement et l’avilissement sont alors les méthodes utilisées pour « convaincre « chez nous en suisse on a utilisé  les  prisons  comme  Diesse Hindelbank et  d’autres »  Cette « rééducation » à la norme nazie dure plus ou moins longtemps selon la gravité de la « faute » reprochée à l’opposant (communiste, syndicaliste, gréviste, mais aussi homosexuel ou marginal, par exemple).

Ces camps de « rééducation » ne sont pas les premiers existants en Allemagne. En effet, les S.A., créent un camp de concentration « privé » à Oranienbourg dès le début du mois de février 1933. Des centaines de personnes arrêtées sans motif s’y entassent. En tout, la S.A. dispose rapidement d’une quarantaine de centres de détention.

 

La rentabilité est définie en 1943, basée sur une durée de vie moyenne du déporté estimée à 9 mois.

 

 

            À ces gains réalisés en monnayant le travail de ces esclaves, la S.S. ajoute les profits réalisés par la récupération des biens personnels des déportés, notamment les bijoux, les alliances et les dents en or. Les lingots fabriqués ont ensuite rejoint les coffres des banques suisses alors même que le gouvernement fédéral n’en ignore pas la provenance et sait la réalité meurtrière d’Auschwitz. La Reichbank récupère également les devises détenues par les déportés pour les échanger, souvent en Suisse également. Sur la courte période qui va d’avril 1942 à septembre 1943, le seul centre de Lublin-Maïdanek encaisse 178 millions de mark, somme considérable. Vers la fin du conflit, l’argent accumulé par les S.S. permet à cet organisme de devenir le banquier de l’État nazi.

 Que de similitudes avec  ce qui s’est passé pour  ces  20000 suisses  une  bizarerie de l’histoire sans doute

Pas encore convaincu?

lisez ceci

//www.lematin.ch/suisse/La-Suisse-savait-pour-la-Shoah-depuis-1942/story/22403530




06/02/2013
0 Poster un commentaire